La petite utopiste évolutionnaire : CHANGEONS INDIVIDUELLEMENT POUR CHANGER LE MONDE.

La petite utopiste évolutionnaire : CHANGEONS INDIVIDUELLEMENT POUR CHANGER LE MONDE.

VACCIN H1N1 : DÉCÈS , PLAINTES & LIBERTÉS

VACCINATION FORCEE ? Rapide état des lieux "démocratique"

Partout dans le monde, des citoyens craignent une vaccination forcée afin de lutter contre la grippe A (H1N1). C'est la première fois qu'autant de monde suit l'élaboration d'un vaccin et génère un tel intérêt. L'OMS a déclenché le niveau d'alerte maximal (niveau 6) et toute une série de mesures exceptionnelles ont été prises ou pourraient être prises dans les mois qui viennent.

Autour de cette idée de vaccination forcée, je vous propose de faire un rapide état des lieux des pouvoirs et de nos libertés au Québec, en Europe et aux États-Unis.

Staline et Mao

Staline et Mao

Le vaccin contre le H1N1 en chiffres

  • 94 millions de doses de vaccins commandés auprès de quatre grands groupes pharmaceutiques :
    - Novartis,
    - Sanofi-Aventis,
    - Baxter,
    - Glaxo-SmithKline (GSK).
  • 800 millions d'euros au bas mot (et c'est évidemment le contribuable, qu'il désire se faire vacciner ou pas, qui règlera la note).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé, concernant la grippe A (H1N1) et par la voix du Dr Margaret Chan, son directeur général, que les critères définissant une pandémie étaient remplis. Elle a donc déclenché, pour la première fois depuis 40 ans, le niveau d'alerte maximal, le niveau 6. Les autorités françaises ont, quant à elles, choisi de maintenir pour l'instant le niveau 5.

Aux Etats-Unis, dans le Massachusetts

$1000 d'amende par jour et 30 jours de prisons pour toute personne qui refuserait le vaccin de la grippe porcine.

Aux Etats-Unis

Possibilité de déclencher la loi martiale.

La législation héritée de l'administration Clinton, sans parler des Patriot Acts I et II post-11 septembre, permettent à l'armée d'intervenir dans les activités impliquant l'application de la loi. En 1996, une législation a été adoptée, laquelle permettait à l'armée d'intervenir en cas d'urgence nationale. En 1999 le Defense Authorization Act (DAA) de Clinton a étendu ces pouvoirs (ceux de la législation de 1996) en créant une exception au Posse Comitatus Act, qui permet à l'armée de prendre part aux affaires civiles « même s'il n'y a pas d'urgence ».

En Belgique

« Le parlement belge accorde les pleins pouvoirs au gouvernement en cas de pandémie ».

Au Québéc

La loi sur la santé publique a été changé cet été. Le gouvernement Charest permet d'obliger par la force si il le faut, tous les citoyens du Québec d'être vacciné contre la grippe H1N1.

En Europe

L'instauration de la loi martiale en Europe ?

En France

« Un scientifique français (JP Petit, ancien directeur du CNRS) affirme avoir reçu des informations provenant des DOM-TOM. Les militaires français stationnés dans les térritoires et département des DOM-TOM auraient reçu l'ordre de se préparer aux vaccinations forcés et aux arrestations de manifestants. »

Les vaccinations DTP sont obligatoires :
- diphtérie depuis 1938,
- tétanos depuis 1946,
- polio depuis 1964.

Elles le sont actuellement selon les articles L-3111-1 à L-3111-3 du Code de Santé Publique. L'obligation DTP est satisfaite de la façon suivante (décrets du 19 mars 1965 et 12 aout 1966) : elle doit être réalisée avant l'âge de 18 mois. Elle comprend 3 injections à 1 mois d'intervalle à partir de l'âge de 2 mois et un rappel 12 mois après, entre le 16e et 18e mois. En tout cela fait 4 injections d'un seul vaccin (qui en contient au moins 3 : le DTP).

[1] Informations supplémentaires : Textes Européens (Traité de Lisbonne, CEDH, etc), Dupont-Aignan censuré à l'assemblée, cérémonie du traité de Lisbonne, révolte au parlement européen, l'eugénisme.

SOURCE : http://www.nbiou.com/international/vaccination-forcee-rapide-etat-des-lieux-democratique/



DES PLAINTES ET DES DÉCÈS SUITE A LA VACCINATION CONTRE LA GRIPPE

Le ministère de la Santé a lancé le 20 octobre la campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1) dans les établissements de soins français. Trois jours après, des plaintes sont déposées pour « tentative d'administration de substances (...) de nature à entrainer la mort ». A voir, d'autres plaintes à Paris, Pau, Nantes, ...

Partout dans le monde, les vaccinations avaient elles aussi commencé. Aujourd'hui, en Suède, on parle de morts suite à la vaccination, mais aussi de plus de 190 plaintes.

Des conséquences qui avaient fait toute la polémique, à savoir si "les avantages d'une vaccination l'emportent sur les risques éventuels" ?

Vaccination : plusieurs plaintes déposées en Isère

Le Parisien nous annonce le 23 octobre qu'en Isère, la vaccination contre le H1N1 fait grand bruit puisque des habitants ont porté plainte pour « tentative d'administration de substances (...) de nature à entrainer la mort » :

"Neuf habitants de l'Isère ont déposé plainte contre X vendredi à Grenoble, dénonçant la campagne de vaccination contre la grippe H1N1 comme « une véritable tentative d'empoisonnement » de la population, une première en France qui sera suivie d'autres plaintes, a annoncé leur avocat, Me Jean-Pierre Joseph.

Cette plainte avec constitution de partie civile, également déposée pour « tentative d'administration de substances (...) de nature à entraîner la mort », a été remise au doyen des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Grenoble. Ce dépôt de plainte a été confirmé de source judiciaire, selon l'AFP."

Effectivement, de nombreuses personnes pourraient voir d'importants effets secondaires suite à la vaccination. Je ne trouve pas que les "main-stream" l'ont suffisamment répété mais clairement, on nous avait prévenu. Comme j'avais pu l'entendre lors de la conférence à Nice-Matin, ce même article confirme que les risques éventuels ne font pas le poids face aux avantages d'une vaccination :

"Pour les autorités de santé, les vaccins H1N1 arrivant sur le marché sont des produits nouveaux pouvant provoquer des effets secondaires inattendus, qui devront faire l'objet d'une surveillance, mais elles estiment que les avantages d'une vaccination l'emportent sur les risques éventuels." Risques évoqués lors de la conférence à Nice-Matin.

Ce qui est plus dérangeant c'est qu'ils ne sont pas capables de dire quels sont ces risques éventuels, vu que ces nouveaux produits peuvent "provoquer des effets secondaires inattendus". Des plaintes en Isère, à Paris, Pau, Nantes, ... ? nous dit Me Joseph.

Selon Maître Jean-Pierre Joseph, avocat au Barreau de Grenoble, d'autres plaintes similaires seront déposées prochainement en Isère, ainsi qu'à Paris, Pau et Nantes.

L'un de ses articles sur son blog est particulièrement "violent" car dès les premières lignes, Me Joseph pose des questions incisives sur des faits historiques :

"Pourquoi nous a-t-on caché le fait que dans les mois qui ont suivi le lancement du 1er vaccin anti-polio en France en 1956, le nombre de cas de polio s'est multiplié par 6 ?

Pourquoi nous avait-on caché les mêmes multiplications de cas, lors des vaccinations de masse contre la variole aux Philippines en 1918, contre la Diphtérie en France en 1925, et plus récemment, contre la méningite en Afrique ?"

Un article conclu par une grande liste de titres d'ouvrages publiés depuis 30 ans sur l'inefficacité et la dangerosité des vaccins :

  1. "Les vaccins n'ont pas fait reculer les épidémies" (Pr. F. DELARUE) ?
  2. "La mafia médicale" (Dr. G. Lanctôt) Ed. Voici la Clé, ?
  3. "La dictature médico-scientifique" (Sylvie Simon) Ed. Filipacch, ?
  4. "Vaccination, erreur médicale du siècle" (Dr. L. De Brouwer) Ed. Louise Courteau ?
  5. "Danse avec le diable" (G.Schwab) Ed. Courrier du livre ?
  6. "Les charlatans de la médecine" (C.V. D'AUTREC) Ed. La table ronde ?
  7. etc.
Notons aussi à titre d'information complémentaire sur cet avocat, l'interview de Me Jean-Pierre Joseph par le CICNS où il dénonce une volonté d'associer les médecines alternatives aux sectes et parle de "psychose anti-secte".

190 plaintes de personnes souffrant d'effets secondaires

Un article diffusé sur le site d'information américain prisonplantet fait état de pas moins de 190 plaintes et des décès.

Encore une victime du vaccin de chez GSK, en Suède, l'un des premiers pays d'Europe à avoir lancée la vaccination le 12 octobre. Un homme d'une cinquantaine d'année est mort d'une crise cardiaque, 12 heures après avoir été vacciné. Une autre femme de 65 ans, retrouvée morte chez elle, deux jours après avoir... reçu le vaccin. Et les autorités ont reçu 190 plaintes de personnes qui souffraient d'effets secondaire tels que : douleurs, migraines, fièvre, fatigue, maux d'estomac, mal dans le bras.

La polémique : la vaccination vaut-elle le coup ?

En fin de compte, toute la polémique réside dans cette question.

Combien y aura-t-il de morts ou de personnes souffrants d'effets secondaires à la vaccination ? Combien décèderont de la grippe A ? et combien seraient mortes du virus H1N1 s'il n'y avait pas eu la vaccination ?

Pour la première question, nous venons d'en brosser une vision et les prochains jours, mois et années nous permettra d'y répondre. Pour la seconde question, nous allons aussi pouvoir le savoir très rapidement. La seule zone d'ombre que l'ont aura sera la réponse à la troisième question : nous ne le serons jamais.

Alors arrêtons nous sur ce qui s'est passé autour de cette polémique. Le problème étant qu'une poignée de personnes au pouvoir ont décidé que la vaccination valait le coup, mais l'opposition est énorme et n'a été que très peu prise en compte (un peu en Belgique par exemple). Les scientifiques ne sont même pas d'accord entres eux, les médecins et les infirmiers ne sont largement pas convaincu par la vaccination et la majorité déclaraient il n'y a pas si longtemps ne pas vouloir se vacciner.

Rappelons nous un exemple parmi tant d'autres, mais pas des moindres, dans "le magazine de la santé" le Dr Rony Brauman donne son analyse sur la vaccination contre la grippe A : "En tant que médecin, je sais que l'efficacité de ce vaccin est très limité" et "je ne me vaccinerais pas et je n'encourage pas mes enfants qui sont majeurs". Avec des phrases répétées par des nombreux médecins, scientifiques et vaccinologues aussi catégoriques, les citoyens ont matière à douter de l'intérêt de se vacciner.

-
"Business is business"

Comme tout n'est que business, en plus de ces divergences d'opinions de spécialistes sur l'intérêt et les risques de la vaccination contre la grippe A, je rappelle ce qu'engendre cette "pandémie" avec l'article que j'avais fait sur l'état des lieux de nos libertés et pointe du doigt l'énorme business que cela génère auprès de l'industrie pharmaceutique.

En attendant, la machine est lancée, de nombreuses personnes vont se vacciner... en plus d'avoir creusé le trou de la sécu (pour la France) et fait tourner l'industrie pharmaceutique, jour après jour nous allons savoir si les pouvoirs en place ont pris la bonne décision en dépit des mises en gardes qui ont été faites.

Comptons le nombre de vaccinés, le nombre de plaintes, de morts suite à une vaccination et de mort de la grippe A : à vos calculettes.

 

Article issu de www.nbiou.com









24/10/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres